Moe Berg: l'espion qui jouait au baseball

Un nouveau film de baseball disponible sur Netflix

Le baseball est rempli d’aspects fascinants et l’un de ceux-là  sont les personnalités extravagantes qui marquent son histoire à chaque génération.  Moe Berg, nommé “joueur le plus étrange à avoir jamais joué au baseball” par Casey Stengel, fait partie de ceux-là…  La sortie du film The Catcher was a Spy! sur Netflix est l’occasion de vous présenter ce joueur au parcours qu’on aurait pu difficilement inventer. 

Par Pierre B. Gourde

Moe Berg Baseball card (source Wikipedia)
Moe Berg Baseball card (source Wikipedia)

Joueur plutôt moyen, il a tout de même joué 15 saisons dans les Majeures. Moe Berg est passé par Brooklyn (Robins), Chicago (White Sox), Cleveland (2 fois) et Washington (Senators) avant de terminer sa carrière à Boston. Il officiera avec les Red Sox durant un an comme entraîneur en 1940. Sa ligne de .243/.278/.299/.577 avec 6 circuits (en tout!) mais surtout son WAR de -4.4 le classent difficilement parmi l’élite de son époque. Ses performances défensives étaient certes plus solides, mais ce sont ses qualités d’analyste qui lui vaudront d’être reconnus et en demande: “His baseball acumen in calling games and his knowledge of the hitters put him in great demand around the league.”Source

Il deviendra une personnalité médiatique et ambassadeur du sport dans les médias. Le Commissaire des Majeures de l’époque, Kenesaw Mountain Landis a dit d’un de ses célèbres passages médias, “Berg, in just thirty minutes you did more for baseball than I’ve done the entire time I’ve been commissioner”. Véritable érudit formé à Columbia, Princeton et La Sorbonne, Berg parlait entre 7 et 15 langues selon les sources. Moe Berg aurait certainement dominé les tendances Instagram de son époque avec sa maîtrise des codes médiatiques et son charme légendaire. 

Espion international

Ce sont toutes ses qualités qui allaient faire de lui l’espion parfait pour le compte de l’O.S.S., l’Office of Strategic Services, ancêtre de la C.I.A.. Berg sera donc de 2 voyages au Japon en 1932 et 1934. Loin d’être un joueur du même calibre que les Babe Ruth, Gehrig et autres Lefty Gomez qui partent eux aussi, on dit qu’il est choisi pour, justement, sa capacité à relater et mettre en valeur les exploits de ses camarades dans les médias, mais surtout auprès des japonais avec qui il peut parler directement.

En 1934, il part ainsi une seconde fois au Japon, choisi à la dernière minute pour faire partie des Americans. Le Japon de l’époque est déjà sur le sentier de la guerre en Asie du Sud-Est, et ces voyages doivent servir à la détente et à la création de relations de “bonne volonté” (“goodwill”) entre les 2 nations. L’ajout de Berg donnera une autre dimension à cette célèbre tournée puisqu’il sera mandaté par une station de télé pour capter des images “de l’intérieur”. Il part ainsi équipé d’une caméra 16mm et d’un appareil photo, censés servir à documenter le périple, limitant ainsi un peu les soupçons. Profitant de sa connaissance de la ville et de la langue locale, il profitera d’un subterfuge pour filmer des images inédites de la ville. Ces images serviront – avec une efficacité limitée selon les rapports – d’outils de reconnaissance pour les raids des avions du Général Doolittle, en réponse à l’attaque de Pearl Harbor de 1942.

Cet épisode est relaté dans un court-métrage disponible sur Viméo de Jamie Brindle:

Espion à temps plein durant la WWII

Enrôlé en 41 après l’attaque de Pearl Harbor, Berg deviendra un militaire accompli auprès de l’OSS effectuant des missions de reconnaissance aéroportées un peu partout en Europe et des missions d’espionnage pures. Sa mission la plus importante est assurément celle qui fait l’objet du film maintenant disponible sur Netflix. Destiné à empêcher la construction de l’arme nucléaire par les forces SS, il s’agissait d’une mission-suicide qui aurait pu changer le cours de la guerre. Je ne vous révèle pas tout, je vous laisse voir le film pour les détails de cet épisode de la vie de Moe Berg et de l’Histoire!

Est-ce que tout ça est vrai et plausible à 100%? Certains doutent de l’ensemble des accomplissements sans pour autant remettre en question le rôle d’espion joué par Berg. Chose certaine, ce ne serait pas la 1ère utilisation du sport comme outil de propagande, espionnage ou simplement de diversion par un état ami ou ennemi. Moe Berg et sa légende font aujourd’hui partie de l’Histoire du sport mais de l’Humanité.

D’autres films de baseball à voir sur Netflix

Ce film de baseball s’ajoute à la collection de films sportifs sur Netflix qui comprend déjà des classiques des films de balle tels que

  • Battered Bastards of Baseball: l’histoire des Mavericks de Portland, la dernière équipe non-affiliée des Mineures propriété de l’acteur Bing Russel
  • Moneyballle classique sur les As et les Sabermetrics avec Brad Pitt
  • Coach Carter  qui n’est pas du baseball mais fait partie des favoris de nos coachs

La collection de films de balle sur Netflix varie malheureusement avec le temps. Si vous y avez manqué le superbe Fastball, narré par Kevin Costner, il est toujours visible en ligne légalement.  Moins de chance en revanche pour le documentaire sur la balle-papillon, Knuckleball, qui est aujourd’hui disparu, du moins en streaming au Canada.

Bon visionnement. Laissez votre critique en commentaire ou sur FB!

D'autres contenus sur Moe Berg

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *